Sabine et André en sabbatique
Des marins d'eau douce qui partent naviguer dans l'eau salée!


Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Mes amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Mots clés

Rubriques


Sites favoris


Newsletter

Saisissez votre adresse email

Epilogue

Retour au bercail

 

Et oui, la fin de l'été arrive, et on doit penser au retour à la réalité….cela me fait un peu peur, je dois l'avouer….

 

 

 

Puisqu'un voyage semblable ne peut laisser personne indifférent, voici quelques réflexions/conseils que j'aimerais partager avec vous.

 

Le bateau et la vie à bord:

Lorsque nous préparions notre départ, en plus de suivre certaines formations, je me souviens avoir lu plusieurs livres et blogues de navigateurs et cela fût très instructif. Donc, pour ceux qui prévoient faire le grand saut, petit conseil, lisez tout ce que vous pouvez sur le sujet.

 

En plus de faire de belles découvertes, la lecture de blogues vous renseigne sur un tas de choses utiles à savoir sur les différents pays que vous prévoyez visiter: formalités, approvisionnement, ancrages, sécurité de l'endroit, etc.

 

Dans mon cas, la lecture des aventures des autres voyageurs m'a aussi préparé psychologiquement à vivre ce genre d'expérience. Insécure de nature, je savais que je devais apprendre à me faire confiance et m'adapter aux différentes situations.

 

Pour ce qui est des bris sur le bateau, André a eu à changer quelques courroies, changer et faire réparer un alternateur (mais on en avait deux, donc pas de panique…). En République Dominicaine, on a fait recoudre tous les tissus exposés au soleil (dodger, bimini, lazybag, 15 ans tout de même) car beaucoup de coutures ont brisé. André a aussi eu à changer la pompe de toilette, qui a craqué (monsieur prévoyant en avait une de rechange :) et réparé le macérateur.

 

Mis à part l'entretien normal du moteur, changements d'huile, de filtres à l'huile et à carburant, saignage de l'alimentation, anodes, etc., on n'a pas eu de pépin majeur. Il faut dire qu'André avait fait l'inspection de A à Z du bateau et avait fait beaucoup de travaux de mise à niveau avant de partir.

 

Deuxième conseil: Connaître son bateau à fond avant de partir, autant les systèmes électriques, le moteur, la plomberie, le gréement, etc. car il est faux de penser qu'on trouve un mécano ou autre professionnel partout. Il faut pouvoir vous débrouiller seul la plupart du temps.

 

Bien qu'on a fait de belles rencontres, vécu plusieurs "apéro" et visité des endroits extraordinaires, il faut que vous sachiez que 99% du temps, on le passe tous les deux seuls sur le bateau, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7….ça devient alors une expérience de couple incroyable!!! Dans notre cas, ce fût bénéfique et on est plus amoureux que jamais, mais je peux comprendre les couples, certains même de plusieurs années de vie commune, qui se séparent pendant le voyage ou au retour. Chacun doit développer un respect face à l'autre, lui laisser son espace au besoin, et savoir communiquer ses inquiétudes, ses chagrins, ses frustrations. Mais en plus de savoir les communiquer, il faut savoir quand les communiquer, afin que l'autre soit prêt et ouvert à les recevoir.

 

On a beaucoup appris l'un sur l'autre pendant cette année de voyage. Par exemple, j'aime bien régler un désaccord ou un différent immédiatement, afin qu'il n'y ait pas de malaise entre nous deux. Par contre, j'ai appris qu'André doit digérer et réfléchir à l'événement avant de m'en parler, et je dois respecter son rythme et le fait qu'il est différent de moi.

 

Le lac Champlain:

De retour sur le lac, on en profite pour faire du tourisme, profiter du temps et de la voile au gré du vent et visiter quelques endroits dont Ausable Chasm, des gorges immenses, d'une beauté exceptionnelle!

 

 

 

 

 

 

On a aussi revu Wendy et Peter, un couple qui nous avaient si bien accueillis lors de notre passage au Shrewsbury Yacht Club en banlieue sud de New York!

 

 

Enfin, on déguste une pizza à Burlington en compagnie de Monique, Robert, Lynda et Gaétan!

 

 

C'était mon dernier article sur ce blogue, et j'en profite pour remercier tous ceux qui nous ont suivi pendant notre voyage, vos commentaires furent appréciés même si je ne pouvais pas toujours y répondre. On a maintenant de nouveaux beaux projets qui arrivent, entre autres un déménagement à Mont-Tremblant, et oui, j'aurai ma maison au bord de l'eau!!! Pour ce qui est des voyages, on en fera sûrement plusieurs autres, mais sans toutefois partir aussi longtemps.

 

En terminant, une petite pensée de mon ami Gaétan: "On est rarement à l'endroit où l'on pense pour la raison que l'on croit!"

 

Salut à tous et bon vent!!!

 

Sabine

Wind Spirit 3

2012-2013



Lien

Publié à 17:54, le 29/08/2013, Chazy
Mots clefs :

Changement de programme!!!

Et oui, comme dit notre ami Richard de Indian Summer, on doit écrire nos plans au crayon de plomb…pour pouvoir les changer au besoin!

 

Comme nous avons attendu plus de 3 semaines à Waterford, que les écluses pour se rendre au lac Ontario étaient toujours fermées, qu'il n'y avait pas de date confirmée pour la ré-ouverture, on a alors décidé de retourner sur le lac Champlain pour le reste de l'été.

La baie Georgienne sera pour l'été prochain.

 

Voici 2 vidéos qu'on a filmés pour vous montrer le niveau de l'eau à Waterford dans l'état de New York. Vous n'en avez pas beaucoup entendu parler au Québec mais ici, c'est le sujet principal sur toutes les lèvres, il y a eu des gens qui ont perdu leur maison, des gens portés disparus et même une dame âgée qui est décédée, emportée par les flots…cela me rappelait le déluge au Saguenay.

 

 

 

 

 

Étant donné la très grande crue des eaux, les autorités nous ont déplacés entre l'écluse 2 et 3 afin que nous soyons en sécurité. Dans ce canal, nous n'avons aucune idée de ce qui se passe tout près, juste à côté, dans la rivière Mohawk…

 

 

 

C'est avec résignation qu'on entre dans le canal Champlain pour faire les 11 écluses qui nous mèneront au lac. Tout se passe bien, on remarque que le niveau de l'eau dans le canal et sur la rivière Hudson est également très haute.

 

 

On doit quelquefois laisser la place dans l'écluse lorsqu'une barge se présente… Le plus gros l'emporte...

 

 

 

De retour sur le lac vendredi 12 juillet, on remâte à la marina Chipman, près de Ticonderoga.

 

Une bonne douche aux chutes de Cole Island…

 

 

 

 

On retrouve nos amis Lynda et Gaétan qui sont venus nous rejoindre à Wesport.

Le lac est toujours aussi magnifique, avec toutes ses teintes de verts dans les montagnes et ses magnifiques couchers de soleil…

 

Comme dirait mon amoureux…y'a pire que ça dans la vie….

 



Lien

Publié à 22:19, le 17/07/2013, Waterford
Mots clefs :

La rivière Hudson

De retour sur Wind Spirit, on continue notre voyage vers le nord. Le port de New York est très occupé et toujours stressant à traverser, on doit avoir des yeux tout le tour de la tête! On constate que la construction des nouvelles tours du World Trade Center sur Ground Zero a beaucoup avancé depuis notre passage en juin dernier.

 

 

 

 

 

 

En navigation, on remarque que la rivière Hudson est très haute et on voit toute sorte de choses défiler devant nous. Il faut être très vigilant et le capitaine doit faire du slalom autour des billots, branches, débris hétéroclites…

 

 

 

 

 

Et on doit être attentif car on rencontre aussi de GROS bateaux !!!

 

 

 

 

 

 

Et de moins gros !!!

 

 

 

On peut voir aussi que le niveau d'eau est très haut, car la base de tous les arbres qui bordent la rivière est dans l'eau.

 

 

 

Mais quel plaisir de se retrouver dans l'eau douce, tout est tellement rouillé sur le bateau qu'il aura droit à un bon nettoyage. Malgré les difficultés, on a la chance de voir de merveilleux paysages, des couchers de soleil sur les montagnes et les anciennes maisons phares, coup de cœur de mon capitaine.

 

 

 

 

La préparation du bateau pour la traversée des écluses est toujours un moment plus stressant et sérieux.

 

 

 

 

 

Wind Spirit est maintenant démâté et prêt pour les 87 écluses à traverser jusqu'à la baie Georgienne, où on compte passer l'été.

 

Arrivé à Waterford, à l'entrée du canal Érié, on doit attendre car il y a plusieurs écluses de fermées à cause de la crue des eaux, seule question… pendant combien de temps, personne ne semble connaître la réponse !

 

 

 

 

La suite sera certainement "Aventures d'éclusage !!!"

 



Lien

Publié à 13:43, le 19/06/2013, Catskill
Mots clefs :

Fernandina-Beaufort-Cape May-New York

On repart finalement de Fernandina  Beach (Floride) le dimanche midi, 19 mai. On veut profiter du courant de marée qui sort de la baie. On se rend dans le Gulf Stream et s'est reparti vers le nord. André met ses lignes à la traine, comme d'habitude, et on passe dans un banc de dorades….3 lignes en même temps….on est un peu dépassés par les événements!

Finalement, une ligne se casse, une dorade se décroche, mais on réussi tout de même à sortir la troisième dorade. 32 pouces et 16 livres. On la découpe et on la met au congélateur, j'averti mon capitaine d'arrêter de pêcher car le frigo est plein et le congélo aussi!

On arrive à Beaufort dans la nuit de mardi à mercredi, entrée un peu difficile, avec les bouées qui clignotent, c'est la première fois qu'on arrive à cet endroit, on est fatigués, et c'est pas mal stressant.

Finalement, on trouve l'ancrage et à 3h du matin, un jette la pioche et on fait un beau dodo.

 

En navigation, on fait toutes sortes de rencontres…

 

 

 

Par chance qu'on a un AIS (Automatic Identification System: système qui nous informe du nom du bateau rencontré, son cap, sa vitesse, sa dimension et sa destination). De cette façon, André peut appeler sur la radio (surtout de nuit) et s'assurer que le capitaine du cargo en question nous a bien vus sur son radar. Parce que…cargo de plusieurs centaines de mètres qui roule à 20 nœuds contre un bateau de fibre de verre de 10 mètres qui roule à 5 noeuds….devinez qui gagne???

Ce que l'on entend souvent quand on les appelle…just one minute, I will turn on the radar….oh…yes…I think I see you….where are you exactly?

...pas très rassurant...

 

Une tour en plein milieu de …..quoi au juste??? (Par chance, elle était très bien indiquée sur les cartes).

 

 

 Coucher de soleil sur Atlantic City

 

 

On arrive finalement à New York à midi le jeudi 30 mai, après 22 heures de navigation, depuis Cape May. On profite encore une fois du courant de marée pour descendre la rivière Shrewsbury où nous irons au SSYC (Shrewsbury Yacht club). Nous assisterons à une fête donnée en l'honneur de notre ami Richard, sur Indian Summer, qui a traversé l'atlantique sur son Tartan 34. Tout le monde ici est tellement sympathique! On va laisser le bateau au mouillage ici et en profiter pour faire un saut au Québec aller régler quelques papiers et voir les enfants, avant de continuer notre voyage vers les grands lacs pour l'été qui s'en vient.

 

Voici le Yacht Club Shrewsbury

 

 



Lien

Publié à 08:08, le 1/06/2013, Sandy Hook
Mots clefs :

Eleuthera et Abacos, Bahamas

Mercredi le 1er mai, on arrive à Spanish Wells. Beau petit village de pêcheur, on va visiter en fin de journée mais tout est fermé! Les gens se promènent en voiturette de golf, c'est charmant. Les maisons sont peintes de toutes sortes de couleurs (surtout pastel), ce qui donne un beau cachet au village. On rencontre un québécois qui a une maison à cet endroit, il avait l'air content de parler français, il nous a dit qu'il était le seul québécois sur l'île.

Le lendemain, on part tôt pour les Abacos. Pendant la traversée, André pêche une belle dorade de 30 pouces et qui pèse 12 livres!

 

 

Ce fût une navigation à moteur tout le long car il n'y avait presque pas de vent.

 

On arrive au premier ancrage en fin de journée, Lynyard Cay dans les Abacos. On fait un beau dodo, c'est calme et super bien protégé des vents d'est.

 

Le lendemain, on se rend à Hopetown. C'est vraiment magnifique! On visite le phare Elbow Reef, l'un des derniers au monde qui fonctionne encore au kérosène.

Les poids pour faire tourner les lentilles doivent être remontés à toutes les deux heures par le gardien. C'est le même principe qu'une horloge grand-père.

 

 

 

  

 

 

La ville est charmante, il y a une rue piétonne et beaucoup de petites villas colorées à louer. C'est magnifique!

 

 

Vendredi 3 mai, on quitte Hopetown pour se diriger vers Marsh Harbor, une navigation de deux heures. On fait l'approvisionnement de solides et de liquides….:)

 

André fait de petits travaux d'entretien et j'en profite pour commencer à nettoyer la coque en prévision de notre traversée vers les Etats-Unis.

 

On va à terre avec Richard pour l'apéro, dans un beau pub qui fêtait le Cinquo de Mayo, apéro à 2 pour un…

 

Ensuite, on se dirige vers Treasure cay. C'est magnifique encore une fois! L'entrée est peu profonde, donc André y va molo sur la manette à gaz (ou plutôt diésel) et on se retrouve à l'intérieur d'un beau complexe condos, appartements, maisons de luxe. On jette la pioche en plein milieu, protection de 360 degrés. On va à la marina pour faire de l'internet et prendre une bière.

 

Pour 10.00$ par jour, on a accès aux douches, buanderie, piscine, bar, internet. On va à la plage, qui est à perte de vue sur du sable blanc…

 

 

 

 

 

L'ancrage est tellement bien protégé qu'André en profite pour monter au mat et réparer quelques connections électriques ainsi que son antenne VHF. Merci Richard pour ton aide!

 

On arrive à Green Turtle (Black Sound) le mercredi 8 mai. Encore un bel ancrage avec protection des vents sur 360 degrés. On va attendre ici notre fenêtre météo pour traverser vers les USA. On visite la ville New Plymouth et on fait quelques achats de bouffe de dernière minute.

 

Tel que prévu, nous partons pour notre traversée vers Beaufort, NC mercredi le 15 mai. Au départ du bon vent, mer croisée, on se fait un peu brasser.

 

Chemin faisant évidemment on pêche, on commence par une belle dorade de 37" pesant 18lbs.

 

 

 

Suivi d'une autre dorade d'une trentaine de pouces que j'ai perdu en sortant parce que la ligne s'est brisée…

 

 

et d'un rémora et de 2 barracudas évidemment qu'on rejette à l'eau… pourquoi se contenter de "balloné" quand on a du filet mignon…

 

Le vent nous laisse après une douzaine d'heures de traversée, on change de cap pour essayer de gagner le Gulf Stream plus rapidement. On s'aperçoit qu'on ne tiendra pas tout le voyage à moteur, on change donc de cap pour se diriger vers Fernandina Beach en Floride, par une mer d'huile et un soleil de plomb. On y arrivera samedi matin vers 5h00, après une trentaine d'heures de moteur. On refait le plein, attendrons des vents favorables qui devraient être au rendez-vous dimanche après-midi le 19 mai… C'est à suivre!!!



Lien

Publié à 13:03, le 19/05/2013, Hope Town District
Mots clefs :
Page précédente
Page 1 sur 12